musique

Diplôme d’État de professeur de musique en formation professionnelle continue

 

  

 

PUBLICS VISÉS
Artistes et/ou enseignantes et enseignants en musique

Prochaine session de formation (2023-2025) : ouverture des candidatures au concours d’entrée en mars 2023.

 

Accessibilité : pour toutes les candidates et tous les candidats en situation de handicap souhaitant intégrer un module de formation professionnelle continue, merci de prendre contact avec la référente Handicap et directrice générale du Pont Supérieur, Catherine LEFAIX CHAUVEL / clefaix-chauvel@lepontsuperieur.eu

CONTACTS :
Coordonateurs pédagogiques : Yves JENSEN / yjensen@lepontsuperieur.eu
Assistante de scolarité, suivi de la FPC et VAE – musique : Marie-Laure LEVILAIN / mllevilain@lepontsuperieur.eu / 02 30 96 20 11 / 06 35 11 46 95

PRÉ-REQUIS

L’accès à la formation continue au diplôme d’État de professeur de musique est conditionné à la réussite à un examen d’entrée, ouvert aux candidates et candidats remplissant certaines conditions :

  • Vous justifiez d’une expérience d’enseignement en qualité de salarié d’une durée d’au moins 2 années, à raison de cinq heures par semaine sur trente semaines par an, ou leur équivalent en volume horaire annuel

OU

  • Vous justifiez d’une pratique professionnelle en qualité d’artiste de la musique d’une durée d’au moins deux années, pouvant notamment être attestée par 48 cachets sur deux ans

OU

  • Vous êtes titulaire du diplôme d’études musicales (DEM) ou du diplôme national d’orientation professionnelle de musique (DNOP) ET vous exercez une activité d’enseignement en qualité de salarié à raison de cinq heures par semaine sur trente semaines au moins OU vous êtes engagé dans une démarche de réorientation professionnelle
modalités d'admission

Modalités d’admission :

1. Remplir les critères définis par l’arrêté du 5 mai 2011 (modifié par les arrêtés du 7 janvier 2015, du 28 juillet 2015, du 29 juillet 2016 et du 6 janvier 2017) pour postuler et retourner son dossier d’inscription complet à temps

2. Module de formation préalable obligatoire de 3 jours. L’objectif de cette première étape : permettre à l’ensemble des personnes candidates de produire un texte réflexif sur une expérience récente de formation en lien avec l’enseignement musical spécialisé. La participation à ces journées n’est pas évaluée. Outre la production d’un texte réflexif personnel, elle permet à chaque personne candidate de prendre la mesure de ce qu’est une formation professionnelle menant à un diplôme et de faire l’expérience du travail collectif dans un tel cadre.

3. Admissibilité :

a. texte réflexif portant sur le module de formation préalable (cf. point 2). Étonnements, découvertes, analyse de difficultés rencontrées, mises en lien avec l’expérience personnelle, mises en lien avec des savoirs préexistants.
b. analyse musicale : analyse musicale sur partition d’une pièce musicale (ou extrait) issue du répertoire du domaine (2h) et commentaire d’écoute d’une pièce musicale (ou extrait) issue d’un répertoire inhabituel (1h)
c. dépôt de deux enregistrements audio (en 2018)/vidéo (en 2020) de l’interprétation personnelle de deux pièces de répertoires différents relevant toutes deux du domaine du D.E. présenté

Chaque épreuve d’admissibilité donnera lieu à une note sur 10. Admissibilité : pas moins de 10 dans chacune des épreuves

4. Admission :

a. présentation musicale en solo : dans le cadre de cette épreuve, il sera demandé aux personnes candidates de préparer une séquence musicale d’environ 5mn, qui serait une sorte de présentation de qui elles sont en tant que musicien/musicienne. Présentation sans « mots », uniquement musicale. Le ou les répertoires utilisés, et/ou le style d’improvisation le cas échéant, devront relever du domaine et de l’option du D.E. de la personne candidate.
b. entretien : après une courte présentation personnelle, la personne candidate pourra revenir de manière critique sur ses réalisations lors des autres épreuves du concours d’entrée, puis développer les éléments qui fondent son projet de formation et d’accès au Diplôme d’Etat de professeur de musique. Il s’en suivra un dialogue avec le jury.

Chaque épreuve d’admission donnera lieu à une note sur 20, avec un coefficient 2 pour l’entretien
Le jury décidera du nombre de places en formation, à l’issue des entretiens.
Les admissions se feront alors par ordre de moyenne générale à l’ensemble des épreuves et seront affichées sur le site internet et dans les locaux du Pont supérieur.

OBJECTIFS

Les attendus du Diplôme d’État de professeur de musique sont définis par un référentiel, en annexe de l’arrêté de juillet 2016. La formation permet d’atteindre un niveau de compétence élevé par rapport à l’ensemble de ces attendus, sur le plan des savoirs, des savoir-faire et surtout en termes de conscience des enjeux et d’identification des ressources.

1. « Être engagé dans une pratique musicale »

1A. Pratiquer une ou plusieurs disciplines musicales

– Maîtriser une pratique musicale
– Maîtriser un répertoire représentatif de sa discipline principale
– Opérer des choix musicaux et les justifier sur les plans techniques et patrimoniaux
– Porter un regard critique sur sa pratique artistique
– Aborder de nouveaux répertoires

1B. Développer sa culture musicale et professionnelle

Avoir des connaissances dans les domaines de la lutherie, et/ou de l’organologie, et/ou des nouvelles technologies, etc … en relation avec sa pratique artistique
– Être informé de l’actualité musicale et artistique
– S’exprimer sur le contexte historique, social, économique, anthropologique, de sa pratique
– S’inscrire dans le monde contemporain en s’appuyant sur des références historiques
– Être sensibilisé à d’autres arts et à d’autres esthétiques musicales

2. « Mettre en oeuvre un projet pédagogique »

2A. Construire et organiser sa réflexion pédagogique

– Connaître les textes en vigueur portant sur l’orientation et l’organisation de l’enseignement artistique initial
– Rédiger son projet d’enseignement
– Élaborer des outils pédagogiques (textes, supports audio, …) à partir de ces éléments en les adaptant aux différents niveaux, profils et âges
– Porter un regard critique sur sa pratique pédagogique

2B. Accueillir, observer, mesurer les besoins, les attentes et les capacités des élèves
– Définir les objectifs de son enseignement et adapter les parcours en fonction des profils des élèves, de leurs progressions en situation individuelle et collective
– Avoir des connaissances en sciences de l’éducation
– Savoir analyser les motivations et les projets des élèves
– Savoir identifier les pratiques artistiques personnelles, les aptitudes et les ressources des élèves

2C. Mener des séances d’apprentissage

– Comprendre le sens musical de l’œuvre et construire une séance qui en exploite et en valorise les aspects essentiels
– Organiser et utiliser l’espace en vue de favoriser la concentration, l’écoute, la communication et l’expression artistique
– Connaître les données physiques et physiologiques nécessaires à la pratique instrumentale ou vocale
– Alerter les élèves sur les risques physiologiques et les moyens de prévention
– Formuler des propositions, des consignes
– Maîtriser, utiliser et transmettre le vocabulaire technique et artistique, ainsi que des éléments de la culture ou du patrimoine
– Donner des ressources pendant la séance : consignes, interventions, exemples, supports, autres situations, …
– Concevoir et mettre en œuvre des activités reliant les pratiques instrumentales et vocales et la théorie
– Accueillir, solliciter et exploiter les propositions des élèves
– Proposer des situations favorisant la créativité et l’inventivité
– Susciter et exploiter la diversité des situations pédagogiques : cours individuels, cours collectifs, pédagogie de groupe, ateliers…
– Dans le cadre de cours collectifs, pratiquer une pédagogie différenciée
– Aider les élèves à développer leur écoute musicale et maîtriser la progression de la formation auditive
– Développer le lien entre l’écoute, l’oralité et l’écriture musicale
– Susciter et entretenir la dynamique et la motivation du groupe ainsi que la valorisation de chaque élève
– Susciter et exploiter les interactions au sein du groupe

2D. Donner les moyens aux élèves de s’approprier une pratique artistique exigeante

– Mettre en regard les éléments techniques et l’expression artistique
– Mettre son expérience d’artiste au service de sa démarche pédagogique
– Conduire l’élève à développer une expression et une interprétation personnelle

2E. Evaluer et orienter dans le cadre du cursus

– Définir des objectifs d’apprentissage avec les critères appropriés pour en évaluer le résultat

3. « Être acteur du projet pédagogique et artistique de l’établissement »

3A. Participer à la réalisation du projet de l’établissement

– Prendre en compte le contexte social et culturel de l’établissement et de son territoire
– Etre force de proposition dans l’évolution du projet

3B. Travailler en équipe (le référentiel de certification ne précise pas d’attendu pour cette activité)

3C. Communiquer

– Informer les acteurs de l’établissement de son activité
– Communiquer sur sa démarche pédagogique

4. « Être acteur du projet de l’établissement dans sa dimension territoriale »

4A. Développer les relations avec des publics diversifiés

– Connaître et appréhender l’environnement de l’établissement (les publics et les institutions)

4B. Participer à un réseau territorial

Compléments pour les disciplines Formation Musicale, Direction d’ensembles vocaux et Direction d’ensemble instrumentaux

Compléments uniquement pour la discipline Formation Musicale

– Connaissance de la physiologie de la voix de l’enfant
– Pratique vocale personnelle notamment en s’accompagnant
– Pratique d’un instrument polyphonique : accompagnement et improvisation
– Pratique élémentaire de direction d’ensembles vocaux et instrumentaux
– Concevoir et créer des textes pédagogiques et utiliser le répertoire pour développer ce lien

Compléments uniquement pour la discipline Direction d’ensembles vocaux

– DEV.1 Organiser et conduire des répétitions
o Déterminer le planning des répétitions et un plan de travail de chaque répétition
o Expliciter les objectifs à atteindre
o Organiser les séquences au sein d’une répétition
o Déterminer et conduire la progression du groupe
o Utiliser l’exemple vocal et/ou instrumental
o Utiliser un instrument polyphonique
o S’adapter constamment au résultat de la prestation
o Mettre en jeu des modes de transmission adaptés et variés (verbal, non-verbal, gestuel, instrumental, enregistrements,…)
o Développer la communication verbale et son économie
o Susciter et relancer l’intérêt et la concentration de l’ensemble du groupe et de chacune de ses composantes

– DEV.2 Construire et gérer la dynamique du groupe
o Connaître les éléments de base de la dynamique de groupe
o Créer un contexte favorisant les échanges
o Savoir écouter et prendre en compte les avis
o Faire preuve de calme et d’assurance
Compléments uniquement pour la discipline Direction d’ensembles instrumentaux

– DEI.1 Organiser et conduire des répétitions
o Déterminer le planning des répétitions et un plan de travail de chaque répétition
o Expliciter les objectifs à atteindre
o Organiser les séquences au sein d’une répétition
o Déterminer et conduire la progression du groupe
o Utiliser l’exemple vocal et/ou instrumental
o Utiliser un instrument polyphonique
o S’adapter constamment au résultat de la prestation
o Développer la communication verbale et son économie
o Susciter et relancer l’intérêt et la concentration de l’ensemble du groupe et de chacune de ses composantes

– DEI.2 Construire et gérer la dynamique du groupe
o Connaître les éléments de base de la dynamique de groupe
o Créer un contexte favorisant les échanges
o Savoir écouter et prendre en compte les avis
o Faire preuve de calme et d’assurance

LES DISPOSITIFS DE FORMATION

Activités et réalisations formatives :

  • Les dispositifs de formation sont de différentes natures. Il peut s’agir d’ateliers, de réalisations, de stages ou de séminaires.
    Les ateliers sont des moments de pratique collective pouvant bien sûr être nourris d’apports théoriques, ou inversement des moments de travail théorique pouvant être nourris d’expérimentations pratiques.
  • Les réalisations sont le plus souvent précédées d’apports théoriques. La phase de mise en œuvre est accompagnée de différentes manières (individuelles ou collectives, ponctuellement ou tout au long,…). Suivant les dispositifs, la réalisation proprement dite peut être menée individuellement ou en petit groupe. Une phase de retour sur expérience est systématiquement prévue.
  • Les stages ont lieu sur le terrain, pour la plupart au sein d’établissements d’enseignement artistique spécialisé. Ils sont précédés d’une phase d’apports théoriques, le retour sur expérience étant lui individuel (rapports).
  • Les séminaires sont des moments de travail théorique collectif, le plus souvent en appui sur l’expérience de chacun des participants, qui débutent par la mise en commun de contributions personnelles à la réflexion sur l’objet de travail choisi.

Disciplines mobilisées :

Histoire et géographie de la musique, histoire des arts de la scène, histoire des pratiques musicales, sociologie de l’art, esthétique, scénographie-mise en scène, analyse musicale fondamentale, analyse musicale par domaine, écriture-composition-improvisation, interprétation, méthodologie de réalisation artistique, médiation, technique du son, environnement professionnel du spectacle vivant.
Didactique de la musique, didactique de la spécialité, psychologie, philosophie, histoire de l’éducation, méthodologie de réalisation artistique pédagogique, analyse de pratiques enseignantes, écriture- arrangement-invention, environnement professionnel de l’enseignement artistique spécialisé.

LA MAQUETTE PÉDAGOGIQUE (pour 2020-2022)

DESCRIPTIF DES CONTENUS DE COURS

Pratique musicale spécialisée
Mise à niveau ou perfectionnement dans la spécialité (discipline, domaine, option).

Réalisation artistique personnelle
Parallèlement aux multiples réalisations artistiques « à contrainte » (phonographique, en contexte inhabituel, collaborative, assistée par ordinateur, accompagnée), il s’agit par cette réalisation de développer plus librement un projet artistique singulier, nourri par l’ensemble du parcours de formation.

Culture musicale
Mise à niveau ou perfectionnement dans la spécialité (discipline, domaine, option).

Réalisation artistique accompagnée
Sous la direction d’intervenants venant d’autres expressions artistiques (danse, théâtre, marionnette, cirque, arts visuels,…), il s’agit lors de ces stages de consolider par l’expérimentation pratique et les échanges tout ce qui peut permettre à des musicien·nes de s’approprier les problématiques artistiques communes à l’ensemble des professionnels du spectacle vivant.

Ateliers d’improvisation musicale
En appui sur les travaux d’Alain Savouret (Introduction à un solfège de l’audible. Symétrie, 2011), il s’agit dans ces ateliers d’une initiation par la pratique à des enjeux compositionnels et d’un travail de formation complémentaire de « l’oreille ».

Réalisation phonographique
En appui sur l’histoire des technologies de reproduction du son et des conséquences artistiques de celles-ci, il s’agit par cette réalisation d’enrichir le rapport qu’entretient le musicien avec l’enregistrement. Cet enrichissement visé concerne tant les savoirs que la culture en général, mais également les savoir-faire et l’imaginaire musical et sonore (cf. Chion, Michel. Le son : traité d’acoulogie. Armand Colin, 2010).

Réalisation assistée par ordinateur
En appui sur l’histoire des évolutions de la facture instrumentale et plus particulièrement des outils électroniques, il s’agit par cette réalisation de travailler conjointement plusieurs types d’écriture musicale que ceux-ci facilitent, questionnent ou rendent possibles.
Enquête sur les spécificités artistiques du métier d’Artiste enseignant
Il s’agit dans ces ateliers de questionner les spécificités du métier d’artiste enseignant par rapport à d’autres cultures et pratiques professionnelles, sur le plan artistique. Ce travail a vocation à mettre en jeu les expériences personnelles et les situations professionnelles, dans une perspective d’enquête (cf traditions méthodologique des sciences humaines).

Intervention artistique en milieu scolaire
Il s’agit dans ces ateliers de confronter les expérimentations musicales et artistiques de haut niveau développées dans les autres dispositifs à un public d’âge scolaire. L’enjeu est alors de garder le cap de l’exigence éthique et artistique, malgré une situation qui appelle souvent spontanément au didactisme, aux compromis qualitatifs.

Projet d’enseignement
Il s’agit par cette réalisation de formaliser un projet d’enseignement personnel, tant sur le versant objectifs- moyens-résultats que sur celui des finalités, enjeux et valeurs. Ce document a vocation à pouvoir servir ultérieurement, pour des concours ou des recrutements. L’évaluation de ce module est confiée à un jury extérieur (épreuve terminale, soutenance du projet d’enseignement).

Ateliers de pédagogie musicale
Il s’agit dans ces ateliers de compléter les stages « Observation Pratique Echanges » et le « Parcours de découverte de pratiques pédagogiques éloignées » par des apports et des travaux collectifs en pédagogie de la musique. Il s’agit également d’un moment collectif qui a particulièrement vocation à nourrir l’écriture des projets d’enseignement individuels.

Didactique de la spécialité
Il s’agit au cours de ce séminaire d’enclencher ou de confirmer une démarche de production didactique personnelle sous forme écrite (cf mémoire, projet d’enseignement), qui puisse enrichir la culture professionnelle disciplinaire. Le thème des contributions personnelles préalables est défini par l’intervenant·e, qui les questionne et les complète à la suite d’un temps initial de présentation et mise en commun.

Stages « Observation Pratique Echanges »
« Spécialité » : Il s’agit lors de ce stage d’un travail de perfectionnement qui concerne la didactique de la spécialité (discipline-domaine-option), auprès d’un·e enseignant·e référent·e. Le temps d’observation et de pratique pédagogique du stagiaire est préparé, complété et nourri par le temps d’échanges avec le·la conseiller·ère pédagogique.
« Enseignement musical » : Il s’agit lors de ce stage de questionner et approfondir le cœur de compétence du·de la musicien·e-enseignant·e, par un travail auprès d’un·e enseignant·e référent·e d’une spécialité différente mais proche (exemple : même domaine mais option différente). Le décalage d’instrument crée une situation dans laquelle le champ de spécialisation commun au·à la stagiaire et au·à la conseiller·ère pédagogique est la musique et sa transmission. Les fondamentaux de la pédagogie musicale se trouvent alors au centre de la situation formative.

Analyse de situations didactiques
A partir de captations vidéo réalisées dans des contextes pédagogiques divers, développement des capacités d’analyse de l’action pédagogique.

Pratiques pédagogiques éloignées
Ce stage invite à prendre appui sur l’observation des pratiques pédagogiques développées dans d’autres domaines (autres arts, sport,…) pour interroger les traditions éducatives de l’enseignement artistique spécialisé.

Accompagnement d’un groupe de musiciens autonomes
Il s’agit lors de ce stage d’élargir à l’ensemble des esthétiques une pratique pédagogique déjà développée dans le champ des musiques actuelles : l’accompagnement d’un groupe de musicien·nes ayant ou souhaitant développer à très court terme une pratique musicale collective autonome.

Culture pédagogique transversale
En complément des stages « Pratiques pédagogiques éloignées », ce module doit permettre de développer une culture pédagogique générale par la rencontre avec des praticien·nes de la transmission d’autres expressions artistiques (danse, théâtre,…) et d’autres domaines (sport, enseignement général,…) Leurs priorités éducatives et didactiques, leur vocabulaire disciplinaire spécifique, leur rapport différent au corps, à l’espace et au temps, sont autant de leviers pour mettre au travail les conceptions et les pratiques des musicien·nes enseignant·es. Une base commune de culture en pédagogie générale sera également développée par ce module.

Environnement professionnel du spectacle vivant
Par des rencontres avec des professionnel·les et l’étude de ressources théoriques, il s’agit avec ce module de connecter les missions et activités des établissements d’enseignement artistique avec les réalités contemporaines du spectacle vivant professionnel.

Enquête-action sur un territoire
Il s’agit dans ces ateliers de préparer une intervention sur un territoire, en appui sur une structure culturelle. A une phase d’enquête et d’analyse de la situation de ce territoire et des publics qui y vivent succède une phase d’intervention artistique relevant de la médiation.

Article
Il s’agit par cette réalisation de faire l’expérience d’une recherche intellectuelle en lien avec la pratique de musicien·ne-enseignant·e, en appui sur les traditions méthodologiques des sciences humaines (hiérarchisation des sources, problématisation, prise en compte des travaux précédents,…). Cette production a vocation à enrichir la culture professionnelle collective et à devenir une ressource pour des collègues.

MODALITÉS D'ÉVALUATION

Les unités d’enseignement (UE) font l’objet d’une évaluation continue et, le cas échéant, d’une évaluation terminale.
Les évaluations sont constituées d’épreuves pratiques, d’épreuves écrites et d’épreuves orales.
• Les épreuves pratiques comportent des mises en situation pédagogique, des mises en situation artistique et la réalisation d’un projet artistique à vocation pédagogique.
• Les épreuves écrites peuvent comporter des épreuves de commentaire d’écoute, d’analyse, de culture musicale, de lecture à vue et de composition.
• Les épreuves orales consistent en un entretien avec le candidat, le cas échéant à l’issue d’épreuves pratiques ou d’épreuves écrites.

Un module est validé quand la moyenne des notes obtenues est égale ou supérieure à 10/20. Les notes sont arrondies au dixième supérieur.

Rattrapage (sauf UE3-M3) : en cas de moyenne inférieure à 10/20, l’étudiant/stagiaire a la possibilité de demander à effectuer un travail complémentaire, dont la nature est fixée par le coordinateur du dispositif de formation concerné. Cette demande doit parvenir au directeur du département musique au plus tard un mois après la notification de la note initiale. Ce travail complémentaire est alors noté par un formateur, cette note complémentaire s’additionnant aux notes déjà obtenues dans le calcul de la moyenne.
Si, après rattrapage, la moyenne d’un module reste inférieure à 10, l’étudiant/stagiaire a la possibilité de demander à suivre à nouveau le dispositif de formation correspondant.

Dans le cas du Projet d’Enseignement, en cas de non-validation, le jury décide d’autoriser ou non la personne candidate à se représenter.

Le Diplôme d’État est acquis quand l’ensemble des modules sont validés.

Une attestation de stage et une attestation de fin de formation avec les résultats de l’évaluation seront délivrées chaque année.

ÉQUIVALENCES POSSIBLES
A l’issue de l’examen d’entrée, une commission composée du directeur de l’établissement ou de son représentant, ainsi que du responsable de la formation et de plusieurs intervenants examine les demandes de dispense présentées par les stagiaires. Elle fait également le point sur la situation de chacun des stagiaires et peut, au vu du parcours antérieur et/ou de diplômes déjà obtenus, décider de dispenses ou au contraire de mises à niveau.

Les aménagements de parcours pour les personnes ayant déjà obtenu un DEM, un DNOP, un DUMI (CFMI), le MuMa (Trempolino) ou un DE dans une autre discipline sont prévus de manière automatique.

Ainsi, dans le cas d’un 2e DE, seuls les dispositifs de formation suivant sont à effectuer : Réalisation phonographique, stage « Observation Pratique Echanges – spécialité », Didactique de la spécialité, Projet d’enseignement, Article, Réalisation artistique personnelle.

Dans le cas d’un DE suite à un DUMI, les dispositifs de formation suivant sont validés : Réalisation assistée par ordinateur, Intervention artistique en milieu scolaire, Réalisation artistique accompagnée, stage « Observation Pratique Echanges – enseignement musical », Réalisation artistique collaborative, Pratiques pédagogiques éloignées, Accompagnement d’un groupe de musiciens autonomes.

Dans le cas d’un DE suite au MuMa, les dispositifs de formation suivants sont validés : Réalisation assistée par ordinateur et Accompagnement d’un groupe de musiciens autonomes.

Dans le cas d’un DEM ou DNOP dans la discipline le domaine et l’option les dispositifs de formation suivants sont validés : Pratique musicale spécialisée et culture musicale.

POURSUITE D'ÉTUDES POSSIBLES ET DÉBOUCHÉS PROFESSIONNELS

Poursuite d’études :

  • master dans les disciplines générales culturelles (arts, lettres, philosophie, management).
  • certificat d’aptitudes aux fonctions de professeur de musique
  • concours de la fonction publique territoriale

 

Débouchés possibles :

  • professeur de musique dans les établissements publics : le DE est l’un des diplômes requis pour l’accès au concours externe du grade d’assistant territorial d’enseignement artistique principal de 2e classe
  • professeur de musique en structures associatives, privées ou en libéral
INFORMATIONS PRATIQUES

DURÉE ET ORGANISATION DU CURSUS
Le Diplôme d’Etat est un diplôme de niveau 6 (ancienne typologie : niveau II), correspondant à une formation de 1350 heures et 180 crédits (ECTS). Une évaluation de la situation spécifique de chaque personne candidate sera faite sur demande au moment de l’élaboration des devis et permettra d’établir une prévision du nombre d’heures de formation à effectuer, en fonction du parcours antérieur.

L’ensemble de la formation est répartie sur deux années scolaires.
La formation aura lieu à Nantes le vendredi toute la journée (9h-13h, 14h-18h), une partie des vacances scolaires (entre deux et cinq jours à chaque fois) d’octobre, de février et d’avril, et deux semaines pendant les vacances d’été (une semaine en juillet et une semaine en août). Les moments de régulation de la vie du groupe, d’organisation et de bilan auront lieu ces mêmes jours et pourront décaler les horaires type.

Les stages et les réalisations en autonomie seront à effectuer en-dehors de ces temps de regroupement.
Le temps de formation en présence d’intervenants doit être complété par un temps de travail personnel.

Formation ouverte tous les deux ans. Début des cours en septembre de l’année concernée

CALENDRIER 
L’ensemble de la formation est répartie sur deux années scolaires. Pour la session actuelle : d’août 2020 à juillet 2022. La formation a lieu à Nantes le vendredi toute la journée (9h-13h,14h-18h), une partie des vacances scolaires (entre deux et cinq jours à chaque fois) d’octobre, de février et d’avril, et deux semaines pendant les vacances d’été (une semaine en juillet et une semaine en août).

DÉLAIS D’ACCÈS À LA FORMATION
Environ 8 mois entre la date limite de retour des dossiers de candidature à l’examen d’entrée (février) et le début des cours (septembre)

LIEU DE FORMATION : Le Pont Supérieur – Nantes / 4bis rue Gaëtan Rondeau

NIVEAU D’ÉTUDES ATTEINT À LA FIN DE LA FORMATION : Bac + 3 (niveau RNCP : 6)

STATUT DES PARTICIPANTES ET PARTICIPANTS À LA FORMATION : stagiaires de la formation professionnelle continue

TARIFS 
45 euros correspondant aux droits d’inscription à l’examen d’entrée
Frais de scolarité : 12 000 euros pour les deux années, avec prise en charge / 6 000 euros pour les deux années, sans prise en charge

ACCESSIBILITÉ

Pour toute demande d’entrée en formation de personnes en situation de handicap, il convient de nous contacter afin que nous puissions « tenir compte des besoins particuliers des personnes handicapées en adaptant les formations proposées » (loi handicap du 11 février 2005).

Nous vous proposerons un premier entretien de manière à étudier dans une démarche de co-analyse, les besoins et les réponses par rapport aux contraintes liées au handicap ; ces premiers échanges permettront de bien identifier avec la personne les exigences et conditions de la formation, puis de déterminer les éventuelles adaptations du parcours et les aménagements possibles des examens ou préciser une orientation vers une autre structure.

Référente handicap : 
Catherine LEFAIX-CHAUVEL 
clefaix-chauvel@lepontsuperieur.eu 
N’hésitez pas à prendre contact pour toutes questions liées à des situations de handicap. 

PARTENARIAT TREMPOLINO

Le Pont Supérieur et Trempolino sont liés par une convention de partenariat dans le cadre des relations établies autour des deux diplômes respectifs que sont le Diplôme d’Etat de professeur de musique (DE) et Diplôme de musicien des musiques actuelles (Muma) ; Ce partenariat s’articule autour de deux axes majeurs : la participation d’intervenants du Pont Supérieur au jury d’évaluation des étudiant·e·s/stagiaires du Muma ainsi que la validation de modules de formation du DE et du Muma. Certains modules de la formation DE ont ainsi été identifiés comme pouvant être validés automatiquement pour les personnes titulaires du Muma qui seraient intégrés à la formation au DE suite au concours d’entrée. Ces modalités permettent dès lors une meilleure articulation des parcours de formation accessibles aux musiciens professionnels des musiques actuelles.

VIDÉO - RÉALISATION ARTISTIQUE ACCOMPAGNÉE